Un arc-en-ciel discret, mais bien présent.

Pour ce premier jour du mois des fiertés, j’ai choisi de parler de la diversité dans Ephémérides Astrales, ma saga de science-fiction.

Je n’ai pas à cœur de faire de mes œuvres, des ouvrages militants. Je ne cherche pas nécessairement à faire passer un message. Pour autant, me demanderez-vous, pourquoi y a-t-il toute cette représentation ?

Eh bien, j’ai envie de dire « parce que ». Parce que notre monde est un formidable kaléidoscope de diversités, de différences et de ressemblances et que ça me semblait normal. Normal que dans un univers où des personnages issus de plusieurs pays différents le soient également. Blancs, noirs, asiatiques, peu importe, en réalité. Toustes sont sur le même pied d’égalité… (et non, EA est loin d’être une utopie).

La raison intrinsèque à tout ça ?

J’ai grandi dans un univers ouvert, tolérant et multiculturel. Alors, peut-être que la diversité s’est imposée d’elle-même, à travers la voix de mes personnages. Cet article a juste pour but de faire un récapitulatif de la représentation que vous trouverez. Qu’elle soit clairement affichée ou induite, elle est bel et bien présente.

Attention, cet article est sujet à spoil. Ne le lisez pas si cela vous dérange. Ici, je me concentrerai exclusivement à l’univers d’Ephémérides Astrales et aux personnages déjà connus du public.

Eireann O’Brian

Comprendre l’orientation sexuelle d’Eireann n’a pas été une mince affaire. Si je l’ai toujours imaginée dans des relations hétéronormées, il m’arrivait fréquemment de l’imaginer avec des femmes (le ship Anastasia/Eireann ne vient pas de nulle part) ou encore avec des aliens (oui, j’avoue). Elle a pourtant était le premier personnage

Du coup, même si elle est hétéroromantique, Eireann est pansexuelle. Homme, femme, transgenre, agenre, alien, l’essentiel n’est pas tant le corps que l’esprit (et c’est encore différent de la sapiosexualité).

Elle est également polyamoureuse, mais contrairement à Maureen, elle sera plutôt du genre à renoncer à de potentiel.les autres partenaires (et vit donc un amour unique traditionnel). Cela tient de l’éducation et des croyances catholiques qui ont façonné sa psyché.

Maureen O’Brian

Eireaan a un TDI, et Maureen est son alter. Je parlerai dans un autre article de tout cela. Toujours est-il que Maureen est donc une personne, avec ses propres sentiments. Pour elle, aimer et désirer sont des choses difficilement compréhensibles. Elle se positionne sur le spectre de l’aromantisme et de l’asexualité et est plus exactement demisexuelle et demiromantique (et si elle tombe amoureuse, considérez dès lors qu’elle est panromantique).

Le demiromantisme et la demisexualité se situent sur le spectre de l’asexualité. Amour et désir ne peuvent être ressentis par la personne demiaroace que si un lien profond et puissant avec une autre personne est créé. Autant dire que le coup de foudre est rare, voire impossible et que, grossièrement dit, on peut tomber amoureux de son meilleur ami ou de son pire ennemi.

Nathanaël Toussaint

Continuons à parler de la diversité dans Ephémérides Astrales, avec un homme cette fois. Nathanaël Toussaint, l’un des charismatiques lieutenants de Panoptès et dirigeant d’une mégacorpo, est bisexuel. J’ai beaucoup aimé la définition du site « La vie en queer » qui explique qu’être bisexuel, c’est « être attiré par plusieurs genres (deux ou plus) pas forcément avec la même intensité ou de la même façon. La bisexualité inclut donc parfaitement la non-binarité ou la transidentité. » En opposition, la pansexualité c’est « être attirée par tous les genres ou indépendamment du genre ».

Nathanaël Toussaint n’est pas attiré de la même façon par les hommes que par les femmes. Il aura d’ailleurs une légère préférence pour les femmes. Cependant, il est parfaitement et complètement hétéroromantique.

Akame Nakamura

Personnage agenre, Akame Nakamura est aromantique et asexuel.le. Iel considère que son bonheur ne dépend pas d’une situation sociale, d’un partenaire ou non, d’une famille ou d’un mari/d’une épouse. Iel sera autant comblæ avec ou sans les autres.

Akame a un petit côté solitaire, qui joue énormément sur son comportement. J’ai refusé de déterminer son orientation amoureuse et sexuelle pour de bon ; ce personnage est à l’extrémité du spectre de l’aromantisme et de l’asexualité, et n’éprouvera jamais ni désir, ni amour (et iel le vit très bien).

Anastasia Mikhaïlovna

Vous l’attendiez, j’en suis sûre ! Pour celleux qui connaissent un peu le personnage, ce que je vais vous dire ne vous surprendra pas : Nastia est pansexuelle et panromantique. Comme elle l’expliquera à Ivfrina très tardivement dans la saga (et aussi parce qu’Eireann est incapable d’expliquer ce genre de choses) : « Il y aura autant de diversité dans mes sentiments qu’il y a d’êtres vivants. » Qu’iels soient hommes, femmes, agenres ou aliens ou autres, peu lui importe. La seule chose dont elle a besoin, c’est d’un lien fort et puissant, presque unique et spécial, pour aimer quelqu’un.

Eh oui ! Si vous avez retenu mes explications plus haut, vous comprendrez donc qu’Anastasia est demiromantique.

Rakhshan Rezvani

Deuxième personnage agenre de la saga (du côté des humains, en tout cas), iel est également asexuel.le, mais panromantique. Pas besoin de sexe pour cimenter un couple, les sentiments sont suffisants. Rakhshan est le dernier personnage qui vient compléter le panorama de la diversité dans Ephémérides Astrales. Enfin, il s’agit du plus récent, en tout cas.

Comme vous le constaterez, certains personnages de la saga ne sont pas mentionnés. Parce qu’ils interviennent très tardivement par rapport aux autres. 

Et pour ceux du fond qui seraient inquiets, oui, il y a bien des personnages hétéronormés. DaeHyun Hwang, Moïra O’Brian, Ethan Morthon et Cameron Nivens sont hétérosexuel.les et hétéromantiques.

Concluons, mes braves

Assigner un personnage à un genre et une orientation sexuelle a été obligatoire (dans mes œuvres, je le répète au cas où). Ne pas songer ne serait-ce qu’à leurs affinités me les rendait incomplets. Et je ne peux pas écrire sur un personnage tant qu’il n’est pas entièrement défini.

C’est loin d’être ridicule à mes yeux, dans mon processus de création, et mettre de la diversité dans Ephémérides Astrales était capital. Les questionnements que nous nous posons, à tout moment de notre vie, finissent par nous permettre de nous définir, de nous comprendre. Nombreux sont les témoignages des membres de la communauté LGBTQIA+ disant qu’il manquait quelque chose, jusqu’à ce qu’ils comprennent. 

Cette compréhension, si elle est nécessaire IRL, l’est tout autant dans la fiction. À nouveau, je ne prétends pas faire d’ouvrages militants ; ce n’est ni mon rôle, ni mon envie. Mais, je considère que la représenter a son importance (du moins, de mon point de vue dans mes œuvres). 

Le prochain article portera sur les personnages des Liens du Calice et d’Eis Skota.

Pour approfondir

Si vous souhaitez découvrir l’un de mes articles sur la communication, c’est par >> ici <<.

Ma dernière chronique était sur Document Sans Titre, de David Konam, que vous pouvez découvrir >> là <<.

Faites tourner l'info !

Vous pourriez également aimer

Laisser un commentaire